TÉLÉCHARGER FILM WINNIE LOURSON 2011 GRATUIT

Pour écrire un commentaire, identifiez-vous I'm A Rocket Man Alors je ne sais pas si je suis normal mais moi j'ai adoré ce film!! Toutes les situations sont cocasses et amusantes, les personnages sont adorables comme toujours et redoublent de stupidité la scène de Porcinet en haut du trou est à mourir de rire je trouve Winnie et Bourriquet sont tout doux, tout ronds et tout mignons!! L'histoire est originale et drôle!! Maître Hibou qui se faisait plus rare dans les derniers volets est bien présent et est excellent! C'est court beaucoup trop court!!!

Nom:film winnie lourson 2011
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:54.62 MBytes



Le synopsis Réduire Nouveau jour dans la forêt des Rêves Bleus, mais occupation habituelle : lancée tête baissée et ventre vide dans sa quête quotidienne de miel, Winnie se voit bien vite dévié de son objectif premier. Les artistes de Disney ont, pour lui, parfaitement retrouvé l'esprit et le charme des moyens-métrages des années 60 tout en leur adjoignant un ton moderne bienvenu.

Si le design reste fortement ancré dans le traditionnel avec une animation 2D magnifique, de subtils changements sont, en effet, opérés dans la définition des personnages qui peuvent, dès lors, surfer sur un humour inspiré, totalement absent des précédentes aventures.

Les enfants sont ainsi sous le charme et les parents, nostalgie et second degré aidants, également! Winnie l'Ourson apparait pour la première fois sous la signature Disney en avec le moyen-métrage Winnie l'Ourson et l'Arbre à Miel. Deux ans plus tard, le studio remet le couvert avec Winnie l'Ourson Dans le Vent qui se paye, en plus, le luxe de remporter l'Oscar du Meilleur Court-Métrage.

En , Winnie l'Ourson et le Tigre Fou tente la même opération mais s'arrête cette fois-ci au seul stade de la nomination. Les Aventures de Winnie l'Ourson sort enfin en : tout premier long-métrage du petit ours, il se contente, en fait, de compiler ses trois moyens-métrages précédents en les reliant au moyen de scènes de transition inédites.

L'extrême et rapide popularité de Winnie l'Ourson convainc Disney d'en exploiter le filon sous toutes ses formes. Le marchandisage tourne ainsi à plein régime ; et quoi de mieux pour le stimuler que de sortir pour le public de nouvelles productions?

Un quatrième et dernier moyen-métrage sous le titre de Winnie l'Ourson et une Sacrée Journée pour Bourriquet débarque ainsi sur les écrans en Mais, c'est sans aucun doute à la télévision que le petit ourson va décupler son entreprise de séduction des bambins du monde entier.

A partir de , il investit, en effet, le petit écran dans une série intitulée Welcome to Pooh Corner. Il s'agit là d'une programme "live" où des "characters" habitent la Forêt des Rêves Bleues, comme Casimir le faisait dans l'Ile aux enfants. Elle reste gravée depuis, dans l'inconscient collectif des téléspectateurs français En , une nouvelle série, en animation 2D cette fois-ci, voit le jour sous le titre des Les Nouvelles Aventures de Winnie l'Ourson.

Reprenant le design des moyens-métrages, elle emporte un double succès, public et critique. Pas moins de 82 épisodes standards sont finalement produits auxquels s'ajoutent quatre spéciaux réalisés plusieurs années plus tard : Winnie l'Ourson : Noël à l'Unisson , Winnie l'Ourson : Hou!

De nombreuses compilations des épisodes de la série sont également sorties en vidéo à l'image des différents volumes du Le Monde Magique de Winnie l'ourson. En , une nouvelle collection, destinée aux tout petits, mélangeant des marionnettes et des décors en animation 3D, voit parallèlement le jour sous le nom du Le Livre de Winnie l'Ourson. Si le design et l'utilisation de la 3D parviennent à respecter fidèlement l'aspect des personnages - le charme de l'animation 2D en moins - les changements opérés dans le casting ont de quoi désarçonner l'auditoire.

Jean-Christophe ne fait plus, il est vrai, partie intégrante de l'aventure même s'il fait quelques apparitions et s'efface fort curieusement au profit d'une fillette appelée Darby et toujours accompagnée de son chiot, Buster. Tous les habitants de la Forêt des Rêves Bleus - ou presque - reprennent, eux, du service ; le nouveau venu Lumpy assumant désormais un rôle de permanent tandis que Maître Hibou reste lui aux abonnés absents. Seule Darby interpelle ainsi les jeunes téléspectateurs, sans que cela ne soit un rendez-vous obligé dans chacun des épisodes.

Les visuels respectent, quant à eux, les codes du genre, usant - et abusant - de couleurs chatoyantes et de formes rondes. Au bout du compte, si les enfants plébiscitent, et les personnages, et les histoires, les adultes, eux, restent sceptiques, tant ils regrettent le charme de la série 2 D de leur enfance, élevée, entre temps, au rang de programme culte.

Les studios Disney prennent vite conscience de cet inquiétant paradoxe. Malgré les bons scores d'audience de la série, elle provoque l'effet inverse de celui escompté sur le capital sympathie du personnage. Décision est donc prise de recentrer l'univers de Winnie sur son apparence initiale, à savoir l'animation 2D.

L'avenir de l'ourson de la Forêt des Rêves Bleus change ainsi de main et sort du périmètre de la branche télévision de la Walt Disney Company. Ce nouveau départ est, d'abord et avant tout, dû aux artistes Stephen J.

Anderson et Don Hall. Stephen J. Il collabore ensuite aux scénarios de Kuzco, l'Empereur Mégalo et de Frère des Ours en qualité de superviseur de l'histoire. Il accède, en , aux fonctions de réalisateur sur Bienvenue Chez les Robinson avant de revenir, l'année suivante au scénario sur Volt, Star Malgré Lui.

Winnie l'Ourson marque donc en son retour à la réalisation. En , il passe ainsi par la case de scénariste stagiaire sur Tarzan.

Il travaille ensuite comme storyboardeur sur plusieurs longs métrages parmi lesquels Kuzco, l'Empereur Mégalo et Chicken Little. Il prend enfin du grade sur Bienvenue Chez les Robinson en qualité de responsable de l'histoire puis assume une fonction assez proche superviseur de l'histoire sur La Princesse et la Grenouille ; Winnie l'Ourson offrant à Don Hall son premier poste de coréalisateur.

Anderson et Don Hall sont donc ceux, qui, les premiers chez Disney, proposent à John Lasseter une idée centrée sur le célèbre petit ourson. Ils expriment, il est vrai, l'envie de revenir à l'essence même des moyens-métrages tel que Walt Disney l'avait envisagée. En animation 2D bien-sur mais également avec l'utilisation d'historiettes liées les unes aux autres et agencées comme dans un livre illustré. N'imaginant pas alors le projet validé par la direction du studio, ils jouent la prudence et annoncent vouloir se contenter d'un simple format de moyen-métrage allant même jusqu'à accepter une peu glorieuse sortie directe en vidéo.

Mais c'est sans compter sur la fine analyse de John Lasseter. Plus qu'enthousiaste que Stephen J. Anderson et Don Hall eux-mêmes, il leur propose, donc, non seulement de réaliser le projet mais également de le penser au format de long-métrage, pour le cinéma et sous label des Walt Disney Animation Studios. Ainsi, 34 ans après Les Aventures de Winnie l'Ourson , les studios d'animation historiques de Walt Disney lancent un second long-métrage du petit ourson.

Il devient de la sorte et depuis la fermeture de la division 2D à Burbank, le second film Disney en animation traditionnelle après La Princesse et la Grenouille. Comme pour lui, tout est donc fait pour minimiser le risque. Le Grand Classique de Tiana et Naveen, qui avait vu son budget étroitement limité pour rendre son point de rentabilité aisément atteignable a ouvert, en effet, la voie à un nouveau modèle économique pour la 2D.

Le nouvel opus de Winnie et ses amis le pousse d'ailleurs un peu plus loin. Véritablement bétonné, le coût du projet se chiffre à 35 petits millions de dollars, supportés en partie par le département Merchandising. Le pari est délibérément à portée de main : le marché de la vidéo comblera, à l'évidence, tranquillement, le petit coup de mou probable lors du passage dans les salles obscures.

Et si ce dernier ne se produit pas et donc que les séances se remplissent , le jackpot est assuré! Persuadés que la réussite de Winnie version Disney se trouve avant tout dans ses racines cinématographiques, Stephen J. Anderson et Don Hall plaident depuis le départ du projet pour revenir à l'essence même des moyens-métrages historiques.

Reprenant là une recette déjà utilisée pour les films précédents, leur attention se focalise donc sur les deux recueils consacrés à l'ourson : Winnie-the-Pooh et The House at Pooh Corner. Entre temps, la situation de Winnie l'Ourson 2 : Le Grand Voyage , sorti en , porte à questionnement : s'il ne se base pas officiellement sur l'histoire In Which Rabbit Has a Busy Day, and We Learn What Christopher Robin Does in the Mornings, sa trame apparait, en effet, suffisamment proche pour émettre un doute raisonnable.

Le mélange de ces trois histoires se concrétise donc à l'écran par deux aventures entremêlées ; la première tenant sur vingt minutes tandis que la seconde occupe le reste de la bonne heure de l'opus. L'ensemble reste d'ailleurs foncièrement digeste, sans jamais décevoir son auditoire. Il faut dire que les auteurs ont particulièrement soigné le petit monde de la Forêt des Rêves Bleus, s'attachant toujours à lui conserver son aura d'antan.

Cette volonté d'ancrage dans le passé n'empêche pas, pour autant, d'y apporter des touches de modernité bienvenue, notamment par le biais d'un humour tout à fait contemporain. Les personnages sont de la sorte fidèles à eux-mêmes tout en étant en phase avec l'époque. Winnie reste bien sûr l'ourson aimé de tous mais fait désormais bien plus rire avec ses facéties enfantines, à l'exemple de son ventre qui gargouille Mais il n'est pas le seul personnage à voir son identité quelque peu évoluer : Maitre Hibou exacerbe ainsi sa propension à tout connaître, Porcinet, son aptitude à vouloir faire le bien et sauver ses amis, etc.

Toute la troupe est, en fait, au rendez-vous, sous une lumière assurément nouvelle même si la narration revient, elle, à ses premiers amours avec un livre qui s'ouvre pour mettre en exergue l'héritage littéraire de Winnie l'Ourson. La non compréhension de mots difficiles est ainsi à la base de nombreux gags.

Des trouvailles visuelles apportent également leurs lots d'étonnements. Car il se passe toujours quelque chose à l'écran! L'ennui n'a, il est vrai, quasiment pas sa place dans ce film au charme permanent, sauf à devoir chipoter un peu sur une petite baisse de régime en son milieu Par rapport à la filmographie Disney des années , Winnie l'Ourson bénéficie indéniablement d'une qualité d'animation 2D remarquable.

La raison est en soi toute simple : elle a été confiée à la pépinière de talents chevronnés présents aux Walt Disney Animation Studios. Et une chose est sure : cela se voit! Le film regorge de trouvailles visuelles qui, au-delà de leur sens narratif, contribuent au plaisir des yeux.

Il y a ainsi souvent une action principale qui se passe au premier plan par exemple, Maître Hibou faisant un discours , tandis que l'arrière plan connait lui aussi de l'agitation toujours sur le même exemple : Winnie continuant sa quête de miel. L'animation des personnages est, quant à elle, tout bonnement exemplaire ; leurs mimiques ne pouvant dès lors que faire craquer l'auditoire le plus endurci.

En réalité, seule l'incrustation, pour le coup peu harmonieuse, de la 3D pêche. La scène du rêve de Winnie est ainsi fort maladroite. La 3D semble condamnée à ne pas réussir aux personnages de la Forêt des Rêves Bleus que seule l'animation 2D sait servir, tant ce qu'elle apporte à leur caractérisation décuple leur capital-sympathie.

Grand bien a donc pris à Disney de revenir à son savoir-faire origine! L'animation est, en effet, superbement utilisée dans le film, générique de fin compris qui mérite, pour de multiples raisons, un visionnage intégral : une belle surprise attendant les spectateurs les plus patients Au-delà de son assise scénaristique et de la qualité de son animation, la première force de Winnie l'Ourson est bien sûr sa panoplie de personnages intemporels et universels.

Pas d'excentricité ici, seul le casting originel est rappelé. Pas de Darby, de Lumpy ou de La Taupe! Les personnages originaux imaginés par Alan Alexander Milne restent donc entre eux, même si certains voient leurs personnalités évoluer et d'autres prendre de l'importance Dans le lot, Winnie demeure égal à lui-même. Il est toujours un être débonnaire, naïf à souhait et Le plus drôle dans ce long-métrage est d'ailleurs la personnification de son estomac qui amène de savoureux gags ; rien que les bruitages donnant à sourire.

Niveau animation, c'est l'artiste reconnu Mark Henn déjà aux commandes de Tiana dans La Princesse et la Grenouille ou de Jasmine dans Aladdin qui s'occupe de ses traits, avec une maitrise toujours aussi soignée. Winnie perd en revanche un élément historique dans sa version française. Alors qu'il l'assurait depuis la création de ses aventures en animation, Roger Carel, souffrant, ne lui prête, en effet, plus sa voix ni d'ailleurs à son fidèle compagnon Coco Lapin. Le comédien Jean-Claude Donda, qui se limitait jusqu'à présent aux chansons de Winnie, assure désormais également les séquences parlées Si elle ne démérite pas, sa prestation reste, bien malgré lui, nettement moins incarnée que celle de Roger Carel.

Mark Henn anime également Jean-Christophe. Il reprend même son apparence du premier opus sauf à devoir préciser que ses yeux ne sont plus de simples points noirs mais gagnent des pupilles. Evidemment de la partie, Bourriquet, l'âne taciturne, est toujours délicieusement attachant.

Son humeur maussade mélangée à sa profonde gentillesse fait, une fois encore, des merveilles et exploser littéralement son capital sympathie, d'autant plus que les auteurs ont eu la bonne idée de le placer au premier plan du récit. Randy Haycock Naveen dans La Princesse et la Grenouille ou Kida dans Atlantide, l'Empire Perdu supervise donc le personnage avec le sérieux et l'implication qui font sa réputation.

Coco Lapin devenu, au fil des adaptations, un maniaque, ordonné et pointilleux au point d'apparaitre parfois en grincheux antipathique est recadré dans l'opus.

TÉLÉCHARGER PILOTE EPSON STYLUS DX3800 GRATUIT GRATUIT

Winnie l'ourson

Synopsis[ modifier modifier le code ] Le film est composé de trois histoires narrant les aventures de Winnie l'ourson et de ses amis de la Forêt des rêves bleus. Les transitions entre chaque histoire se présentent sous la forme des pages d'un livre qui se tournent avec un élément animé. L'édition en DVD comporte une quatrième histoire en bonus. La gourmandise de Winnie le place dans des situations embarrassantes.

TÉLÉCHARGER CORAN MP3 MAHER M3IQLI GRATUIT

Winnie l'Ourson

.

TÉLÉCHARGER TARZAN ET LA CHASSERESSE EN FRANCAIS GRATUIT

Winnie l’Ourson

.

Similaire